Pensions alimentaires impayées : expérimentation d'une garantie

Droit de la famille
Sources : D. n° 2014-1226, 21 oct. 2014, JO 23 oct., D. n° 2014-1227, 21 oct. 2014, JO 23 oct., Arr. 21 oct., NOR : AFSS1423398A, JO 23 oct.

1022193  moneyEn matière d'impayés de pension alimentaire, un dispositif expérimental GIPA (garantie contre les impayés de pension alimentaire) a été mis en œuvre par la loi du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes (L. n° 2014-873, 4 août 2014, art. 27, JO 5 août) afin de soutenir financièrement le parent qui après une séparation, éprouve des difficultés à obtenir le paiement de la pension.
Ainsi, deux décrets et un arrêté sont publiés au JO du 23 octobre 2014 et un arrêté de la même date fixe la liste des 20 départements pilotes.
-un premier décret du 21 octobre 2014 indique le délai de transmission des renseignements relatifs à l'adresse et à la solvabilité du débiteur, en présence ou en l'absence de décision de justice fixant le montant de l'obligation d'entretien.
- le second décret du 21 octobre indique les critères retenus par l'organisme payeur pour considérer que le débiteur d'une obligation d'entretien ou d'une pension alimentaire doit être considéré comme hors d'état d'y faire face.
Dans un tel cas, le décret indique que le bénéficiaire de l'allocation de soutien familial est dispensé d'engager des démarches en fixation de la pension si celle-ci n'a pas été fixée, et, si celle-ci a déjà été fixée, l'organisme payeur est dispensé d'engager des démarches en recouvrement.
Lorsque l'organisme a considéré que le débiteur est hors d'état de faire face à son obligation de paiement, sa situation fait l'objet d'un contrôle en amont, puis au moins une fois par an.