La réplique est bien connue des prétoires, et souvent, elle ne convainc pas... ou si peu.

Sauf aujourd’hui, dans le contexte tout particulier de la condamnation des gérants à des sanctions professionnelles en matière de procédures collectives.